Description fonds - Bibliothèque et Archives nationales du Québec

PISTARD

Cote : P311


Centre : BAnQ Québec


Titre, Dates, Quantité
Fonds J.-Ernest Grégoire . - 1916-1958
- 0.08 mètre(s) linéaire(s) de document(s) textuel(s)
- ( : Municipal: Maires/échevins; Politique: Député provincial, partis politiques ; 0).

Notice biographique/Histoire administrative
Né à Disraël le 31 juillet 1886, J.-Ernest Grégoire fréquente le Collège Saint-Charles-Borromée à Sherbrooke, puis l'Université Laval à Québec. Admis à la pratique du notariat en 1912, il part l'année suivante pour l'Europe où il séjourne jusqu'en 1919. Il poursuit tout d'abord des études de sciences politiques et sociales aux Universités de Louvain (Belgique) et de Lille (France), puis devient agent de recherche au British Museum à Londres pour le compte du gouvernement fédéral. De retour au Québec en 1919, il entreprend sa cléricature dans l'étude de William Paradis et il est reçu au Barreau de la province de Québec le 15 septembre 1923. Entre temps, il enseigne à l'Académie commerciale (1921) et à l'École des Beaux-Arts (1922) et épouse, le 28 juin 1922, Germaine Bolduc. Chargé de cours d'économie politique et sociale à l'Université Laval, il participe à l'envol de l'École des sciences sociales dirigée par le père Georges-Henri Lévesque. Il est nommé membre du bureau de direction (1933-1934) et il enseigne jusqu'en 1938. La carrière politique de J.-Ernest Grégoire débute en 1934 lorsque des citoyens de la ville de Québec l'enjoignent de briguer les suffrages à la mairie. Ses luttes contre le régime Taschereau (série de causeries sur les ondes du poste de radio CHRC en juin et juillet 1935), dont il dénonce ouvertement la corruption, le rapprochement de Paul Gouin et de l'Action libérale nationale dont la «mission est d'arracher aux créatures de la Haute finance le gouvernement de la province de Québec». Dès lors, le maire Grégoire déploie son action aux deux paliers de gouvernement: maire de Québec, il est élu député de la circonscription de Montmagny en 1935, puis à nouveau en 1936 sous l'étiquette de l'Union nationale. Avec les Hamel, les Chaloult et les Drouin, il avait suivi Duplessis qui s'était dissocié de Paul Gouin. Mais, entre le chef et le maire Grégoire interviennent bientôt les désaccords, puis les conflits. Quelques années plus tard (vers 1939-1940), commence sa croisade avec le Crédit social, dont il diffuse la doctrine. Il est candidat défait de ce mouvement à l'élection partielle du 21 novembre 1945 (circonscription de Beauce) et aux élections générales de 1948 (circonscription de Saint-Maurice). J.-Ernest Grégoire meurt à Québec, le 17 septembre 1980 .
Historique de la conservation/Source immédiate d'acquisition
Les Archives nationales du Québec auraient acquis ce fonds vers 1974 .

Portée et contenu
Le fonds J.-Ernest Grégoire est un témoin important des convictions, discours et gestes politiques du Crédit social puis de l'Action libérale nationale.

Effectivement, l'ensemble des pièces composant ce fonds dépeint l'implication de Grégoire au plan de la politique municipale, ses idées concernant une possible conscription lors de la Guerre de 1939-1945, les campagnes électorales des deux partis auxquels il s'est attaché et ses engagements auprès des citoyens.

Les documents s'y retrouvant sont donc des plus diversifiés. Correspondances, recueils de chansons promotionnelles, affiches, plusieurs documents sur l'Alberta Post-War reconstruction commitee de 1945 et un livre, intitulé VERS DEMAIN et contenant des articles qui jettent un regard sur la politique du Crédit social entre 1938 et 1954. L'Action libérale nationale est, quant à elle, rendu par un manifeste du parti, des pièces du service de propagande et le discours prononcé à la radio par le Docteur Philippe Hamel sous les auspices du Parti national, en octobre 1939.

À tout cela s'ajoutent de la correspondance d'affaires, plusieurs coupures de journaux s'attardant aux élections de 1934 et 1936 ainsi qu'au Mouvement de l'Action catholique, un rapport de la commission royale sur la Banque et la Monnaie du Canada de 1933, un recueil des traités du 1930 du Dominion Canada, mais surtout plusieurs discours et causeries offerts par Grégoire à la population. Ceux-ci, souvent lancés sur les ondes de CHRC, prennent pour sujets différents thèmes politiques (budget, administration municipale), des événements importants de la ville ou les élections à venir.

Le fonds est également complété du discours d'intronisation du Maire J.-Ernest Grégoire .

Source du titre composé propre
Titre correspondant au contenu de l'unité de description

Documents connexes
L'essentiel du fonds J.-Ernest Grégoire est conservé à la Division des archives de l'Université Laval.

Termes rattachés
Action catholique
Affiches politiques
CHRC (Station de radio)
Campagnes électorales
Chansons -- Textes
Grégoire, J.-Ernest (Joseph-Ernest), 1886-1980
Hamel, Philippe, 1884-1954
Maires
Montmagny-L'Islet (Québec : Circonscription électorale provinciale)
Nationalisme
Parlementaires
Parti crédit social du Canada
Partis politiques
Partis politiques -- Histoire
Programmes de partis politiques
Québec (Québec : Ville)
Union nationale (Parti politique)

Aide   Panier vide