Description fonds - Bibliothèque et Archives nationales du Québec

PISTARD

Cote : P578


Centre : BAnQ Québec


Titre, Dates, Quantité
Fonds Société Provancher d'histoire naturelle du Canada . - 1888-1990
- 3.34 mètre(s) linéaire(s) de document(s) textuel(s)
- 37 photographie(s) : négatifs sur acétate n&b et épreuves n&b et coul ; 21 x 25 cm et plus petit
- ( : Associations/regroupements: Environnement ; 0).

Notice biographique/Histoire administrative
Si la Société honore le nom de l'abbé Provancher, l'un des plus éminents naturalistes canadiens de la seconde moitié du 19e siècle, elle prend pour modèle les «admirables méthodes» de la Société Audubon créée à New York, en 1886, par le docteur George Bird Grinnell. Fondée à Québec en 1918, elle reçoit une charte fédérale le 15 avril 1919 et se dote, la même année, de règlements. La Société Provancher regroupe des hommes éminents de la ville de Québec qui se réunissaient, depuis trois ou quatre ans déjà, afin de dénoncer l'inertie du milieu à l'égard de l'enseignement de l'histoire naturelle dans les écoles, ainsi qu'à l'égard des abus des chasseurs qui pratiquaient systématiquement le braconnage. Les signataires du MÉMOIRE DE CONVENTION de 1919 sont l'abbé Philéas-Joseph Filion, professeur de chimie à l'Université Laval, Oscar Pelletier, colonel, Stanislas Gaudreau et David-Alexis Déry, chirurgiens-dentistes, Thomas-Philippe Gagnon, capitaine de milice, Joseph Matte, employé au ministère de la Voirie, Léon Fiset, médecin laryngologiste et Joseph-Émile Bernier, médecin et inspecteur des pêcheries maritimes du golfe Saint-Laurent. À eux se joignent, au titre de membres fondateurs, Herman Lebon, médecin, Charles-Émile Dionne, naturaliste et conserateur du Musée de l'Université Laval, Charles Dumas, secrétaire du ministère de la Voirie, Alphonse-Ambroise Godbout, comptable, Robert Lagueux, curé de la paroisse Saint-Roch, Eugène Audet, gérant de banque et Charles Alleyn, notaire. Les structures de la Société épousent ses objectifs, soit la recherche scientifique, la «protection des espèces indigènes», la «propagande éducationnelle» et, enfin, l'«information scientifique et pratique». Bien que son champ d'action soit l'ensemble du territoire canadien, la Société exercera tout d'abord ses activités au Québec et «elle compte sur le concours moral et pécunier de ses membres, de ses amis et du public». L'atteinte des objectifs se traduit sans délai pour les membres du Bureau de direction par la mise en oeuvre d'une stratégie articulée. Celle-ci consiste d'abord à s'entourer de personnalités prestigieuses au titre de président honoraire, gouverneurs généraux et lieutenants gouverneurs en tête de liste. Ensuite, offrir aux pouvoirs publics -les gouvernements fédéral et provincial- leur collaboration en échange de leur coopération et de leurs subventions annuelles. S'affilier, en outre, le plus tôt possible à des «sociétés semblables et recevoir leur affiliation» et susciter, enfin, la recherche scientifique grâce à des correspondants canadiens et étrangers reconnus, dont les écrits, publiés dans le RAPPORT ANNUEL, permettraient à la Société un rayonnement nord américain. Forte de ses règlements qui l'autorisent à acquérir «des réserves et territoires», la Société achète, en 1927, les Îles Razades, puis, deux ans plus tard, l'Île aux Basques (en face de Trois-Pistoles). Au cours des ans, ces endroits privilégiés deviennent le centre des activités de terrain des membres: sentiers d'interprétation de la flore; observation de la faune; conservation et protection des oiseaux; étude de la mycologie. Site de fouilles archéologiques en 1938, ainsi que tout récemment, l'Île aux Basques connaît un regain d'intérêt dans le sillage du mouvement du tourisme «sauvage» ou naturel. Ces travaux remettent en évidence les fours anciens utilisés par les Basques qui pratiquaient la pêche à la baleine. Ces pêcheurs venaient y dépecer leurs prises et y recueillir l'huile acheminée, par la suite, en Europe. Parmi les activités courantes et ponctuelles de la Société, signalons les fêtes (Fête des arbres, Fête des oiseaux), les concours de maisonnettes d'oiseaux, les prix, les conférences Audubon, les camps d'été pour jeunes, les expositions de photographies d'oiseaux, les salons d'histoire naturelle à l'Exposition provinciale de Québec et les récitals d'initiation de chants d'oiseaux .
Historique de la conservation/Source immédiate d'acquisition
Les documents composant ce fonds ont été acquis de la Société par résolution du Conseil d'administration et par convention de don, signée le 26 octobre 1990 .

Portée et contenu
Le fonds de la Société Provancher comprend l'ensemble des documents propres à la vie et aux activités d'un organisme privé à but non lucratif, c'est-à-dire des chartes, titres de propriété, procès-verbaux de l'assemblée générale annuelle et des réunions du Bureau de direction, correspondance, rapports annuels, bilans financiers, études scientifiques et de vulgarisation, projets et programmes, dossiers des relations avec les sociétés aux buts identiques, activités estivales dans les îles.

L'évolution de la Société est perceptible partout mais de façon plus directe par l'intermédiaire du RAPPORT ANNUEL, des dossiers anniversaires et des coupures de presse qui font écho aux activités et aux prises de position de la Société.

Les deux missions majeures de la Société -éducation et protection de la faune et de la flore- sont perçues, d'une part, à travers la correspondance thématique et celle de la Société Audubon et, d'autre part, à travers les notes des gardiens de l'Île aux Basques. Bien que rédigées dans une langue frustre, ces observations présentent une vue saisissante de l'état de la vie animale et des problèmes de gestion de ce site privilégié.

Le fonds de la Société Provancher fait le pont avec de nombreuses autres sociétés gardiennes de la nature, dont la Société Audubon, la Société zoologique de Québec, la Société linnéenne de Québec, the Ottawa Field-Naturalists' Club, la Fédération canadienne de la nature, la Canadian Wildlife Federation. Par le biais de ces organismes, c'est l'ensemble des questions écologiques qui est perçu et posé depuis le début du présent siècle.

La série "correspondance générale" sera utilisée comme complément des dossiers de correspondance regroupés par thèmes ou sujets. De même, la série du secrétaire complète la série procès-verbaux. La série documents financiers, quant à elle, apporte un éclairage supplémentaire sur le budget présenté chaque année lors de l'assemblée générale des membres.

Ces documents illustrent de façon non équivoque la permanence des préoccupations écologiques et environnementales chez des groupes éclairés de la population. Leur étude systématique démontrait la solidité, le prestige et la haute tenue scientifique de cette Société à l'aube du 20e siècle.

Les photographies contenues dans le fonds comprennent des portraits de directeurs et membres de la Société comme l'abbé Philias-J. Filion, Oscar Pelletier, Réginald Meredith et quelques autres. Elles illustrent les fours basques, les camps, des baleines échouées, des visiteurs de même que diverses activités comme celles liées aux maisonnettes d'oiseaux et des observatoires de jeunes.

Notons que les documents ont été classés dans quatre dossiers et que certaines photos sont signées de Montminy & Cie, Société zoologique de Québec, Rosemary Gilliat, Michel Gaumond, Brunet (Québec), Photo Moderne Enrg .

Source du titre composé propre
Titre correspondant au contenu de l'unité de description

Emplacement des originaux
P578,D1 : pour certains portraits, les originaux font partie d'autres fonds.

Versements complémentaires
Versements complémentaires à tous les dix ans.

Notes générales
La série Office du film du Québec comprend plusieurs négatifs illustrant des activités de la Société entre autres sous les numéros suivants : 37258 à 37262, 37544, 55990 à 55997, 77224 à 77230, 77 à 79-55H.

Termes rattachés
Animaux
Baleines
Basques, Île aux (Les Basques, Québec)
Bateaux
Beaumont (Québec : Village)
Bâtiments publics
Cactus
Cadres (Personnel)
Campements -- Sites
Chasse
Chutes d'eau
Cliche Brunet (Studio de photographe)
Croix
Fours
Fours basques
Gardiens
Gaumond, Michel, 1934-2014
Gilliat, Rosemary, photographe, époque 1915-1988
Godbout (Québec : Municipalité de village)
Habitations
Jardins
Montminy & cie
Montmorency, Chute (La Côte-de-Beaupré, Québec)
Nichoirs d'oiseaux
Oiseaux
Panneaux d'affichage
Personnel -- Direction
Photo Moderne Enr.
Plages
Plaques commémoratives
Poissons
Pêche sportive
Religieux
Roches
Récifs
Sainte-Croix (Sainte-Croix, Québec : Paroisse)
Sciences
Société Provancher d'histoire naturelle du Canada
Société zoologique de Québec
Vues
Zoologie
Écologie
Îles

Aide   Panier vide