Description fonds - Bibliothèque et Archives nationales du Québec

PISTARD

Cote : P609


Centre : BAnQ Québec


Titre, Dates, Quantité
Fonds Ordre de Jacques-Cartier . - 1946-1965
- 0.17 mètre(s) linéaire(s) de document(s) textuel(s)
- ( : Arts appliqués: Architecture; Associations/regroupements: Religion ; 0).

Notice biographique/Histoire administrative
Fondé en 1926 par un groupe de fonctionnaires fédéraux d'expression française, l'Ordre de Jacques-Cartier, une société secrète, devait constituer un pendant à la franc-maçonnerie anglo-protestante. Les premières rencontres tenues à Ottawa regroupaient dix-sept personnes pour qui l'objectif premier consistait à jeter les bases d'une «association à caractère national [...] en vue d'atteindre, dans la discrétion, le bien commun spirituel et temporel des catholiques de langue française». Sa devise: Dieu et Patrie; son protecteur: le Christ-Roi; son modèle: Jacques Cartier. En 1963, lors de sa dissolution, la société regroupait 40 000 membres «occupant pour la plupart des postes clefs dans toutes les parties du Canada, de Chéticamp à Maillardville» (Charles-Henri Dubé, Magazine MacLean, mai 1963). Comme toutes les sociétés secrètes, les structures de l'Ordre étaient fortement hiérarchisées et complexes. Au sommet, le Conseil suprême (la CX) et à la base, la commanderie (la XC) ou encore le noyau lorsque le nombre de frères était inférieur à dix. Entre ces deux pôles existaient plusieurs organes intermédiaires, dont les uns contrôlaient les autres: le Secrétariat général, le Conseil provincial et les Conseils régionaux. Le contrôle s'exerçait, en outre, à travers des fonctions, dont celles d'aumonier, dit général, régional et local, celles de visiteur régional et d'organisateur régional. Les membres, divisés en laïques et en religieux, connaissaient des statuts différents, les derniers étant dispensés «de l'initiation, de la taxe d'entrée et de la contribution» bien qu'ils s'engageaient à respecter «le caractère secret de l'Ordre». Le Conseil suprême dirigeait l'Ordre directement ou encore par délégation de pouvoirs. Il se composait de chanceliers actifs et de chanceliers honoraires «inconnus comme tels dans l'Ordre». Dans l'ombre, ils réglementaient, modifiaient les statuts de l'Ordre et du rituel, radiaient ou expulsaient les membres pour raison d'indiscipline, d'inconduite, d'indiscrétion. Bref, ils convoquaient le Congrès général. Le Conseil provincial, formé de vingt frères choisis annuellement par le Conseil suprême, animait et administrait les commanderies. Il coordonnait les programmes d'étude et d'action et il convoquait les réunions de la XC. Il était composé de sept personnes identifiées par leur titre: le Grand commandeur, l'Aumônier, le Grand Chevalier, le Grand Porte-Étendard, le Cérémoniaire, le Secrétaire et le Trésorier. Le Conseil régional constituait, quant à lui, un corps auxiliaire qui, «dans une région désignée par le Conseil suprême», stimulait et coordonnait l'activité des commanderies. Il était coiffé d'un organe désigné sous le nom de Comité permanent régional, comité composé du visiteur régional (V.R.), de l'organisateur régional (O.R.) et de l'aumônier régional (A.R.), lesquels planifiaient les activités des commanderies et défendaient au mieux les intérêts régionaux de l'Ordre. Il constituait une sorte de microcosme de l'ordre avec son président, son secrétaire général, son trésorier et ses vérificateurs. Le Congrès général, convoqué à tous les trois ans, était «l'organisme consultatif chargé d'étudier les problèmes» qui intéressaient l'Ordre. Il était formé de conseillers du 4° degré ainsi que de délégués des commanderies (CX) choisis par le Conseil régional. À la base, on retrouvait la commanderie (XC) ou cellule locale qui recevait de la CX une charte indiquant son nom, son numéro d'affiliation et sa devise. Les membres de cette cellule recevaient à leur tour un numéro matricule. Ils devaient être âgés d'au moins dix-huit ans, parler la langue française, pratiquer la religion catholique romaine et résider sur le territoire de la XC. Proposé par deux parrains, le futur frère faisait l'objet d'une enquête et d'un vote puis, si sa candidature était acceptée, il devait se soumettre à une initiation décrite dans le livre de Roger Cyr LA PATENTE SE MEURT .
Historique de la conservation/Source immédiate d'acquisition
Les document constituant ce fonds furent acquis de Jean Gagnon par convention de donation le 6 juin 1991. Ce libraire de Québec avait acheté ces documents d'un ex-membre de la Patente .

Portée et contenu
Ce fonds donne un aperçu complet de l'Ordre en traitant de sa création, de son organisation, des mots d'ordre et combats, en plus de ses projets au cours d'une période datée entre 1951 à 1965.

Les sphères d'influence de l'Ordre atteignaient tous les secteurs de la vie nationale, c'est-à-dire l'enseignement, l'économie (caisses populaires, compagnies d'assurances, mutuelles de placement, chambres de commerce), la presse catholique (l'ACTION CATHOLIQUE, LE DEVOIR, LE DROIT, L'ÉVANGILE, L'ACTION NATIONALE, RELATIONS), les sociétés patriotiques, (les Sociétés Saint-Jean-Baptiste, les Clubs Richelieu, le Conseil de la Vie française, les Chevaliers de Champlain) et les associations de jeunesse.

Très incomplet, le fonds comprend des documents venant de divers organes de l'Ordre, documents parmi lesquels nous retrouvons des BULLETINS et des CIRCULAIRES du Conseil suprême (1946-1965), des PROCÈS-VERBAUX du Conseil provincial du Québec (1953-1956) et des CIRCULAIRES du Secrétariat du Conseil régional No 3 (1946-1951). Par ailleurs, la correspondance adressée à l'abbé Paul-Émile Gosselin, secrétaire du Comité permanent de la Survivance française en Amérique, par des membres de l'Ordre a été regroupée en un dossier. Celle-ci démontre clairement que l'Ordre intervenait dans le milieu sous le couvert d'organismes connus et respectés, dont les sociétés Saint-Jean-Baptiste et le Comité permanent devenu le Conseil de la Vie française .

Source du titre composé propre
Titre correspondant au contenu de l'unité de description

Termes rattachés
Ordre de Jacques-Cartier
Sociétés secrètes

Aide   Panier vide