Description fonds - Bibliothèque et Archives nationales du Québec

PISTARD

Cote : P917


Centre : BAnQ Vieux-Montréal


Titre, Dates, Quantité
Fonds Gérard Poirier . - 1950-2013
- 0.28 mètre(s) linéaire(s) de document(s) textuel(s)
- 191 photographie(s)
- 4 dessin(s)
- 44 vidéo(s)
- 2 vidéo(s) numérique(s)

Notice biographique/Histoire administrative
Enseignant, comédien, acteur et metteur en scène, Gérard Poirier est né à Montréal le 4 février 1930. Il obtient un baccalauréat en pédagogie et devient enseignant au collège Saint-Denis. Parallèlement, il fonde et dirige la Compagnie des Sept, une troupe de théâtre amateur. Au milieu des années 1950, Gérard Poirier délaisse l’enseignement et obtient ses premiers rôles dans des radioromans et des téléthéâtres à Radio-Canada, ainsi qu'au théâtre. Il participe pendant plus d’une décennie au développement du Théâtre du Rideau Vert et joue ensuite avec d’autres compagnies montréalaises comme le Théâtre du Nouveau Monde. Il interprète des grands rôles du répertoire classique mais également des personnages issus de l’imaginaire québécois. Il joue notamment dans les pièces « Une maison…un jour » de Françoise Loranger (1965), « Le Printemps, Monsieur Deslauriers » de René-Daniel Dubois (1987) et « Messe solennelle pour une pleine lune d’été » de Michel Tremblay (1996). Ses prestations sont nombreuses au petit écran où il participe à plusieurs séries cultes dont « Le Temps d’une paix » (Cyprien Fournier, 1980), « Le Parc des braves » (Tancrède, 1984), « Montréal ville ouverte » (Monsieur Drapeau, 1992) et « Un gars, une fille » (Jean-Paul, 1997). Il joue pour la première fois au cinéma à la fin de la décennie 1960. Parmi les rôles qu’il y a campés mentionnons Paul dans « Les Beaux Dimanches » (1974), le Premier Ministre Chevrier dans « Panique » (1977), le curé Folbêche dans « Les Plouffe » (1981), l’aveugle dans « Bonjour Monsieur Gauguin » (1988) et Henry dans le film du même nom (2012). Il enseigne l’art dramatique au Conservatoire de la province de Québec ainsi qu’aux cégeps de Saint-Hyacinthe et de Sainte-Thérèse et a également fait de la mise en scène pour quelques compagnies théâtrales. Porte-parole de l’Office québécois de la langue française, Gérard Poirier a reçu plusieurs prix et distinctions : il est nommé officier de l’Ordre du Canada (1997), chevalier de l’Ordre de la Pléiade (2006) et officier de l’Ordre national du Québec (2007), il a reçu le prix Gascon-Roux des abonnés du Théâtre du Nouveau Monde (1997), le prix Mérite du français (1998, 1999), deux prix Gémeaux (1988, 2002) et un Masque (2000) .
Historique de la conservation/Source immédiate d'acquisition
Les documents ont été acquis auprès de monsieur Gérard Poirier en 2013 .

Portée et contenu
Le fonds Gérard Poirier, surtout constitué de documents iconographiques, porte sur la carrière du comédien qui s'est illustré sur scène et à l'écran. Les photographies témoignent des hommages qui lui ont été rendus ainsi que de la richesse et de la diversité des rôles interprétés par Gérard Poirier au théâtre, à la télévision et au cinéma. Le fonds comprend également des écrits, des textes annotés, de la correspondance et des coupures de presse.
Le fonds est composé de sept séries : Vie personnelle (S1); Prix et honneurs (S2); Écrits de Gérard Poirier (S3); Implication sociale et conférences (S4); Carrière au théâtre (S5); Carrière à la télévision (S6); Carrière au cinéma (S7) .

Source du titre composé propre
Titre correspondant au nom du créateur du fonds

Sources complémentaires
Fonds Théâtre du Rideau Vert (P831), Fonds Yvette Brind'Amour (P857), Fonds Théâtre du Nouveau Monde (MSS3).

Termes rattachés
Poirier, Gérard, 1930-

Aide   Panier vide