Description fonds - Bibliothèque et Archives nationales du Québec

PISTARD

Cote : P884


Centre : BAnQ Vieux-Montréal


Titre, Dates, Quantité
Fonds Jean Tétreau . - 1947-2009
- env. 2.72 document(s) textuel(s) (pièce(s))
- 14 photographie(s) : épreuves coul., épreuves n&b; 36 x 46 cm ou plus petit
- 1 bande(s) magnétique(s)
- ( : Littérature/rédaction : dramaturgie, roman ; 0).

Notice biographique/Histoire administrative
Romancier, nouvelliste, dramaturge, essayiste et traducteur Jean Tétreau, né Jean-Noël Tétreau, voit le jour à Montréal en 1923. Il fait d’abord ses études au Collège Bourget, puis au Collège André-Grasset (1940-1946). De 1948 à 1954, il occupe la fonction de rédacteur à la station radiophonique CJBR de Rimouski, où il écrit notamment le radio-roman « Les portes de l’enfer ». Il poursuit ensuite sa carrière à Radio-Canada, où il travaille comme rédacteur à Montréal, entre 1954 et 1960, puis comme directeur des informations de la chaîne à Paris, dès 1960. De retour au Québec, en 1965, Jean Tétreau devient pigiste. Il effectue des contrats de rédaction et de traduction, d’abord à Montréal et ensuite à Hull. Prolifique et polyvalent, il écrit autant des textes scientifiques que des romans, autant des nouvelles que des essais philosophiques. Plusieurs de ses articles sont publiés dans la revue L’Action nationale et le périodique français Rythmes et Couleurs, fondé par son ami François Hertel. Il collabore aussi au journal Le Devoir, au magazine Forces, à L’Information médicale et paramédicale, ainsi qu’à la revue Amérique française, dont il assure la direction par intérim, à une certaine époque. Féru de langues, Tétreau perfectionne au cours de ces années sa connaissance du mandarin, de l’allemand et du russe. À cet égard, il est membre de la Société culturelle Québec URSS de 1971 à 1974 et traduit des contes de Gogol, de Tchekhov, de Tourgueniev et de Korolenko. Il poursuit ses activités de pigiste jusqu’en 1983, alors qu’il entre au service du Secrétariat d’État. Entre 1950 et 2004, Jean Tétreau publie plusieurs ouvrages, dont certains sous les pseudonymes de Maxime Rex, Philippe Brune et Alexandre Iakov. Au nombre de ses œuvres, mentionnons : « Essais et mélanges » (1950), « Journal d’un célibataire » (1952), « Essais sur l’homme » (1960), « Le moraliste impénitent » (1965), « Les Nomades » (1967), « Volupté de l’amour et de la mort » (1968), « Treize histoires en noir et blanc » (1970), « La messe en si mineur » (1983) et « Journal de marche d’un officier romain » (1994). Il est également l’auteur de la pièce Le réformateur (1973) et d’une biographie de François Hertel (« Hertel, l’homme et l’œuvre » 1986). En 2005, il reçoit une mention spéciale du jury du Prix des Écrivains francophones d’Amérique pour son roman « Femmes libres de Carthage », publié en 2004. Jean Tétreau est décédé en novembre 2012 .
Historique de la conservation/Source immédiate d'acquisition
Ce fonds a été acquis de Jean Tétreau en janvier 2010 .

Portée et contenu
Le fonds porte sur la carrière littéraire de Jean Tétreau des années 1950 aux années 2000. Il témoigne principalement de ses activités d’écriture en tant qu’auteur de romans, de nouvelles, de pièces de théâtre, d’essais scientifiques et philosophiques, d’articles et de poèmes divers. Il rend également compte des activités de Jean Tétreau comme traducteur, principalement de la traduction de contes et fictions originellement écrits en russe et en mandarin. Enfin, des carnets et journaux de notes personnelles font état de ses réflexions plus intimes sur la vie et la société. Sa correspondance vient compléter la documentation du volet littéraire de sa carrière, de même qu’elle témoigne de ses relations avec plusieurs personnalités de la scène littéraire québécoise et française, mais aussi des milieux artistique et politique.

Le fonds se compose principalement de textes inédits écrits par Tétreau entre 1965 et 2009 pour les domaines du théâtre, de la nouvelle, du roman et de l’essai. Il comporte également différentes versions de ses œuvres publiées en France et au Québec dont « Journal d’un célibataire », « Essais sur l’homme », « Le moraliste impénitent », « Les Nomades », « Volupté de l’amour et de la mort », « Treize histoires en noir et blanc », « La messe en si mineur », « Journal de marche d’un officier romain », « Femmes libres de Carthage » et « Hertel, l’homme et l’œuvre ». On y trouve aussi des tapuscrits annotés, des cahiers de notes, de la correspondance relative à la publication de ses œuvres, des demandes de bourses, des notes de traduction et exercices de calligraphie ainsi que des articles qu’il a écrits et fait publier dans divers journaux et périodiques. Le fonds contient enfin de la correspondance professionnelle et personnelle échangée avec divers éditeurs et personnalités et amis. Quelques photographies de Jean Tétreau, avec son ami François Hertel et ses enfants, ainsi qu’un enregistrement sonore complètent le fonds .

Source du titre composé propre
Titre correspondant au contenu de l'unité de description

Langue des documents
Les documents sont en français. Quelques documents sont en anglais, en russe, en mandarin, en latin et en grec.

Documents connexes
D’autres documents portant sur Jean Tétreau se trouvent dans les fonds François Hertel (MSS385), Raymond Dubé (MSS210) et Ligue d’action nationale (CGL20).

Termes rattachés
Tétreau, Jean, 1923-2012

Aide   Panier vide