Description fonds - Bibliothèque et Archives nationales du Québec

PISTARD

Cote : P954


Centre : BAnQ Vieux-Montréal


Titre, Dates, Quantité
Fonds Grands Ballets Canadiens . - 1956-1994
- env. 7.5 mètre(s) linéaire(s) de document(s) textuel(s)
- env. 20000 photographie(s)
- 478 vidéo(s)
- ( : Arts de la scène : danse; Associations/regroupements : arts de la scène ; 0).

Notice biographique/Histoire administrative
Ludmilla Chiriaeff fonde les Grands Ballets Canadiens en 1957 avec un corps de ballet de 16 danseurs. Pour elle, c'est la suite logique de ses activités à Montréal, où elle s'installe à son arrivée d'Europe en 1952 et où elle crée ses premiers ballets pour l'émission de télévision L'heure du concert, produite par Radio-Canada et très acclamée du public. Sa compagnie, Les Ballets Chiriaeff, commence à donner des spectacles publics, malgré l'opposition de l'Église catholique du Québec qui considère la danse comme immorale. Chiriaeff ouvre sa première école en 1952 et, en 1958, elle crée l'Académie des Grands Ballets Canadiens afin de former les danseurs de la nouvelle compagnie. En 1980, l'Académie devient l'École supérieure de danse du Québec dans le but d'offrir une formation professionnelle aux élèves de niveau avancé. Après avoir quitté son poste de directrice artistique des Grands Ballets Canadiens en 1974, Chiriaeff dirige les écoles de danse jusqu'à ce que des ennuis de santé l'obligent à prendre sa retraite en 1992. Brian MacDonald lui succède comme directeur artistique des Grands Ballets Canadiens de 1974 à 1978. Puis, de 1978 à 1985, un comité formé de la maîtresse de ballet Linda Stearns, du répétiteur Daniel Jackson et du directeur général Colin McIntyre dirige la compagnie. McIntyre s'en va en 1984 et, de 1985 à 1987, Jeanne Renaud devient codirectrice avec Linda Stearns. Renaud quitte la compagnie en décembre 1987 et Stearns en est alors l'unique directrice. McIntyre revient à titre de directeur général et reste en poste de mars 1988 à août 1992. Le danseur et professeur américain respecté Lawrence Rhodes assure la direction artistique de la compagnie d'août 1989 à la fin de 1999, où il est remplacé par Gradimir Pankov, un danseur, professeur et directeur originaire de Macédoine. Les Grands Ballets (qui comptent aujourd'hui quelque 35 danseurs) comptabilisent un nombre remarquable de commandes d'oeuvres originales. La chorégraphie, la composition et la conception de la plupart de ces œuvres sont réalisées par des Canadiens. Durant les premières années, Chiriaeff crée la chorégraphie de nombreux ballets. Des chorégraphes canadiens, comme Fernand Nault, Brydon Paige, Brian MacDonald et James Kudelka (chorégraphe attitré des Grands Ballets de 1984 à 1990), contribuent de façon importante au répertoire. De 1970 à 1972, la compagnie acquiert une réputation internationale grâce à la célèbre adaptation que fait Nault de l'opéra rock Tommy, composé par le groupe britannique The Who. La compagnie crée aussi un répertoire diversifié représentatif des meilleurs ballets traditionnels et contemporains ainsi que des meilleurs spectacles de danse moderne. Elle interprète des oeuvres de chorégraphes réputés, notamment celles de John Butler, de Lar Lubovitch, d'Hans van Manen, de Nacho Duato et de Paul Taylor. Enfin, elle met sur pied une remarquable variété de ballets créés par le maître russo-américain George Balanchine et reprend des oeuvres importantes de Diaghilev, parmi lesquelles Petrouchka, La Chatte et L'après-midi d'un faune. Pendant un certain temps, au milieu des années 1980, le répertoire inclut davantage de chorégraphies de danse moderne et certains critiques accusent la troupe de perdre le contact avec ses racines classiques. La compagnie renoue ensuite avec ses origines classiques, mais demeure la plus progressiste et la plus expérimentale des trois grandes troupes de danse classique canadiennes d'alors. Les Grands Ballets font de nombreuses tournées dans l'ensemble du Canada, aux États-Unis, en Europe, en Amérique centrale, en Amérique du Sud et en Asie. En 1984, ils sont la première compagnie canadienne de ballet invitée à danser en Chine. Depuis que Pankov a repris la direction artistique, l'accent est mis sur les oeuvres narratives longues comme Carmen de Didy Veldman (2000), celle commandée à Kim Brandstrup, La Dame de pique (2001) ou encore Roméo et Juliette de Jean-Christophe Maillot (2004). Ces œ uvres, qui actualisent certains thèmes familiers ou les traitent avec une sensibilité contemporaine et une mise en scène moderne, permettent aux Grands Ballets Canadiens d'attirer un public nouveau et plus jeune. Les Grands Ballets sont la première compagnie canadienne à monter l'œuvre acclamée du Suédois Mats Ek et continuent à présenter le travail obsédant de Jiri Kylian, un grand chorégraphe tchécoslovaque. Sous la direction de Pankov, la compagnie demeure très proche de chorégraphes contemporains de divers pays, comme Kim Brandstrup, du Danemark, Ohad Naharin d'Israël, Mauro Bigonzetti, d'Italie, et Nacho Duato, d'Espagne. Les Grands Ballets Canadiens de Montréal célèbrent leur cinquantième anniversaire en 2007 Source: encyclopediecanadienne.ca .
Historique de la conservation/Source immédiate d'acquisition
Le fonds a été acquis des Grands Ballets Canadiens de Montréal en 2015 .

Portée et contenu
Le fonds d’archives présente principalement les activités des Grands Ballets Canadiens entre les années 1956 et 1994, notamment en ce qui a trait aux nombreuses tournées de la troupe. Plus spécifiquement, le fonds se compose de nombreux dossiers entourant l’organisation et la mise en scène de spectacles, tant au Québec qu'à l'international. Il renseigne sur les danseurs, les chorégraphes et directeurs ayant œuvré chez Les Grands Ballets Canadiens. De plus, il témoigne de l’évolution de l’organisme au niveau financier, ainsi qu’au niveau des communications et relations publiques.

Le fonds contient, notamment, des calendriers de tournées, des distributions, des descriptions de ballets, des ébauches de programmes, des notes et mémos, des communiqués de presse, des critiques journalistiques et des prospectus. Il renferme également de la correspondance reçue de Pierre Elliott Trudeau, ainsi que de plusieurs organes politiques et culturels félicitant les spectacles des Grands Ballets Canadiens. Finalement, il comprend des photographies et vidéos montrant plusieurs représentations de la troupe .

Source du titre composé propre
Titre correspondant au nom du créateur du fonds

Termes rattachés
Grands Ballets canadiens (Montréal, Québec)

Aide   Panier vide