Description fonds - Bibliothèque et Archives nationales du Québec

PISTARD

Cote : P883


Centre : BAnQ Québec


Titre, Dates, Quantité
Fonds Famille Picard . - 1802-1958
- 8 document(s) textuel(s) pièce(s)
- 0.97 mètre(s) linéaire(s) de document(s) textuel(s)
- 1 photographie(s)
- 60 dessin(s)
- 38 gravure(s)
- 10 carte(s)
- 1 plan(s)
- 2 objet(s) : mèches de cheveux

Notice biographique/Histoire administrative
Les Picard font partie des grandes familles huronnes de la communauté autochtone de Wendake. C’est en 1697 que les Hurons s’établissent sur le territoire de ce qui était autrefois la Jeune Lorette. Ils forment alors une population d’environ 400 personnes. Ils se concentrent autour d’un foyer principal regroupant la majorité des membres de la communauté auquel se greffent des territoires de chasse. Ces derniers subissent progressivement l’influence de la présence accrue des colons français aux environs de leur établissement. Au tournant du XXe siècle, la construction du chemin de fer reliant Québec au Lac St-Jean (1893), la création du Parc des Laurentides (1897) ainsi que l’achat par le gouvernement fédéral de la réserve des Quarante-Arpents (1904) s’ajoutent à la colonisation des terres comme facteurs contribuant à diminuer la superficie du territoire des Hurons. En 1904, ce dernier est constitué d’une étroite bande de terre de 27 acres occupée par environ 519 Hurons. Ces transformations expliquent que plusieurs familles huronnes abandonnent la chasse pour se tourner vers des activités artisanales au tournant du XXe siècle faisant ainsi de l’artisanat l'activité économique la plus importante de Wendake. Certains des travailleurs hurons qui ne sont pas impliqués dans cette industrie accomplissent des tâches administratives comme celles d’agent fédéral auprès du Département des Affaires indiennes ou sont employés comme journaliers et ouvriers. De plus, le secteur des services se développe progressivement et on voit apparaître des emplois plus modernes tels qu’agent d’assurances, dessinateur et notaire. Sur le plan politique, les Hurons conservent leur mode d'élection traditionnel jusqu'en 1897 au moment où Philippe Vincent Teanwathasta est élu grand chef selon le système électif triennal de l'Acte des Sauvages de 1876. Maurice Sébastien Agniolen (grand chef de 1883 à 1896) est le dernier grand chef nommé selon le système électif traditionnel huron. Le nouveau mode électif est donc appliqué au Conseil de bande des Hurons de Lorette en 1897. Les tâches accomplies par le Conseil consistent à régir l’administration de la réserve et à défendre les intérêts des Hurons. Quant aux pouvoirs du chef, ils concernent les affaires locales puisqu’il est l’arbitre de l’application des règlements et de la bonne conduite générale des individus vivant sur la réserve. En matière culturelle, les Hurons perdent lentement leur foi traditionnelle à la suite des efforts fait en ce sens par des missionnaires jésuites et des prêtres catholiques. Ainsi, la religion huronne est longtemps marquée par le syncrétisme et les composantes amérindiennes de la religion des Hurons de Lorette sont graduellement évacuées à partir du XIXe siècle. Au début du siècle suivant, la religion relève totalement de la foi chrétienne et de ses pratiques. La langue des Hurons connaît une évolution similaire à celle de la religion. Les contacts étroits avec la communauté francophone, les missionnaires et les autorités politiques amènent les Hurons à délaisser la langue huronne au profit de la langue française. Ainsi, au début du XIXe siècle, les enfants hurons parlent peu la langue de leurs pères. RÉFÉRENCES: Patrick Brunelle, Un cas de colonialisme canadien : les Hurons de Lorette entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. Mémoire de maîtrise, 1998. Notes transmises par l'archiviste de Bibliothèque et Archives Canada, M. Jonathan C. Lainey (archives autochtones et sociales), le 13 juin 2007 .
Historique de la conservation/Source immédiate d'acquisition
Ce fonds a été acheté au commerce « Roger Auger, libraire » à Québec en janvier 2007 .

Portée et contenu
Les personnes intéressées par l’histoire de la région de Québec ainsi que par l’histoire et la culture de la nation huronne-wendat du XIXe à la première moitié du XXe siècle seront interpellées par ce fonds. En effet, il illustre la vie personnelle de membres de la famille Picard de Wendake sur quatre générations grâce à différents types de documents tels que de la correspondance, des cartes, des plans, des contrats notariés, des états de compte, des gravures, des imprimés et des dessins. Ces documents témoignent de l'éducation, de la gestion des biens et des propriétés ainsi que des relations sociales au sein de la communauté huronne-wendat. Les documents de ce fonds révèlent aussi la vie professionnelle de quelques membres de la famille Picard dont certains ont œuvré comme Grand chef huron, notaire, commerçant et capitaine militaire.

Le fonds est constitué de six séries : Paul Picard père de François-Xavier Picard (Série 1), François-Xavier Picard (Série 2), Paul Picard fils de François-Xavier Picard (Série 3), Louis-Philippe-Ormond Picard (Série 4), Pierre-Albert Picard (Série 5) et Documents relatifs aux Hurons de Wendake et à la famille Picard (Série 6) .

Source du titre composé propre
Titre correspondant au contenu de l'unité de description

Langue des documents
Français, anglais et autres langues.

Sources complémentaires
Voir également le Fonds Famille Picard (P882) et le greffe du notaire Paul Picard (CN301,S368) conservés au Centre d'archives de Québec de BAnQ.

Termes rattachés
Capitaines
Cartes
Commerçants
Culture
Histoire du Québec
Hurons
Indiens d'Amérique
Indiens d'Amérique -- Artisanat
Indiens d'Amérique -- Chefs
Loretteville (Québec : Ville)
Militaires
Notaires (Greffe)
Picard, Clémentine, 1882-1955
Picard, Louis-Philippe-Ormond, 1879-1930
Picard, Paul, 1788-1871
Picard, Paul, 1845-1905
Picard, Pierre-Albert, 1880-1958
Propriété
Saint-Ambroise (Secteur Loretteville, Québec, Québec : Paroisse)
Terres des Indiens d'Amérique
Wendake (Québec : Réserve indienne)
Éducation

Aide   Panier vide