Description fonds - Bibliothèque et Archives nationales du Québec

PISTARD

Cote : P155,S9,SS3

P155Fonds Famille Landry
  S9Jules Landry

Centre : BAnQ Vieux-Montréal


Titre, Dates, Quantité
Relations familiales, sociales et professionnelles . - 1912-1973
- 2.13 mètre(s) linéaire(s) de document(s) textuel(s)
- 4 dessin(s)
- 192 gravure(s) : 191 carte(s) postale(s)
- 3 carte(s)

Portée et contenu
Cette sous-série contient la correspondance générale de Jules Landry composée de lettres manuscrites, copies de lettres expédiées et généralement dactylographiées, de cartes de souhaits, de cartons d'invitation et de cartes postales. En grande majorité familiale, cette correspondance s’effectue avec son père, Joseph Philippe Landry; ses frères et sœurs : Louise Landry (épouse d’Émilien Gadbois), René Landry (époux de Pauline Lanctot), Yvonne Landry (épouse de Pierre De Guise); ses enfants; puis, de manière plus soutenue, avec sa mère Blanche Lacoste-Landry et son épouse Patricia Power, fille de l’Honorable Charles Gavan Power. Jules Landry entretenait aussi des relations professionnelles avec des membres de sa parenté dont René Landry, qu’il a aidé à obtenir un poste à la Commission canadienne de radiodiffusion en 1933, Alexandre Lacoste, Paul Lacoste, Émilien Gadbois et Pierre deGuise

Cette correspondance témoigne par ailleurs de ses loisirs culturels et sportifs, de son intérêt pour l’art et la généalogie, de ses amitiés et de son implication dans la communauté. La correspondance nombreuse avec son ami Edmond Chassé, assistant-directeur du journal l’Événement, nous apprend par ailleurs qu’il a travaillé comme collaborateur au journal, à Québec, avant d’exercer sa profession d’avocat. Il y rédigeait le Courrier de l’oncle Jean. De 1930 à 1934, on retrouve beaucoup de lettres envoyées à son patron, le solliciteur général du Canada, Maurice Dupré, ainsi qu’à la Chambre des communes. Certaines portent sur des causes dont Jules Landry s’est occupé au Saguenay. Elle documente aussi ses engagements politiques, au sein du Parti conservateur, et ses activités de militaire qu’il s’agisse du Centre d’entraînement de Chicoutimi, du recrutement pour le service militaire ou du Régiment du Saguenay (1930-1950). On y retrouve cependant peu de correspondance liée à son poste de juge municipale de la Cité d’Arvida et sur le directorat d'entreprises.

Classée en ordre chronologique, cette correspondance contient aussi des cartes de voeux dont certaines sont faites à partir de dessins de Denyse Gadbois (1942, 1946, 1951, 1964), de cartons d'invitations et de de multiples cartes postales illustrant entre autres des canons des remparts de Québec (1912), le hall d'entrée et plusieurs bataillons du Collège Mont-Saint-Louis de Montréal (1905-1914), les soldats et canons du RCA au Square de la citadelle de Québec (1917), le paquebot Princess Charlotte (1918), 16 vues du Jardin zoologique de Québec (1933), le Royal 22r Régiment en garde pour sa Majesté Le Roi George VI au Palais Buckingham du 17 au 21 avril 1940 (carte de voeux de Noël 1940), l'Hôtel Windsor de Granby (1944), le manoir Kent aux Chutes Montmorency (1946), le lac Melville (1950), l'entrée des plaines d'Abraham (1950), 6 vues de Gaspé et du Rocher percé (1953), l'entrée de l'Hôpital Sainte-Justine de Montréal (1959), un groupe de malades avec les infirmières (1952) et une religieuse infirmière du même hôpital (1964), l'archevêque de Québec (1954), une vue de la rue Sherbrooke Ouest, de la galerie d'arts et de l'église Erskire American ( 1957), le paquebot "Three Golden Crowns" (carte postale avec en appliqué un disque 45 tours, 1960), l’Abbaye de Saint-Benoit-du-Lac (1963 et 1965), le Château Champlain (1966), l'auberge du Royaume à Arvida (1966), le Carnaval de Chicoutimi de 1966 (la criée, la partie de cartes au magasin général et la visite de la parenté), le restaurant et le cinéma de l'Aquarium de Québec (1967), le pavillon du Québec de l'Expo 67, l'Université de Montréal (1967), le Collège du Bon-Pasteur (1967) et la promenade des gouverneurs à Québec (1968), le Château Laurier à Ottawa (1937), le Parlement d’Ottawa (1937 et 1959), les chutes Niagara (1942), Port Royal en Nouvelle-Écosse (1953), le vieux fort Anne à Annapolis Royal en Nouvelle-Écosse (1953), le théâtre permanent de Stratford en Ontario (1950) et la maison d’Anne aux pignons verts sur l’Ile-du-Prince -Edward (1959).

Enfin, deux menus du restaurant du Château Frontenac, imprimés sur des feuilles de cuivre, portent des messages gravés de Jules et Patricia Landry, le 3 avril 1934 .

Source du titre composé propre
Titre correspondant au contenu de l’unité de description

Termes rattachés
Landry, Jules, 1904-1982

Aide   Panier vide