Description fonds - Bibliothèque et Archives nationales du Québec

PISTARD

Cote : P59


Centre : BAnQ Sherbrooke


Titre, Dates, Quantité
Fonds Famille Bourget . - 1898-vers 1930
- env. 0.20 mètre(s) linéaire(s) de document(s) textuel(s)
- 13 photographie(s)
- 1 gravure(s)
- 1 carte(s)
- ( : Familles : Notable, Vie au quotidien / vie personnelle ; 0).

Notice biographique/Histoire administrative
Joseph-Hubert Bourget (1862-1946), né à Lévis le 3 mars 1862, est notaire dans les villages de Disraéli et de Weedon, dans le district judiciaire de Saint-François, entre 1886 et 1946. Joseph-Hubert Bourget fait ses études classiques au Collège de Lévis et fait sa maîtrise à l’École de Droit commercial. Il est reçu notaire en octobre 1886. En 1890, il épouse Albertine Dumont, avec qui il aura 9 enfants, tous nés à Weedon. En mai 1898, il est nommé juge de paix à Weedon. Vers 1900, le bureau de poste fut déménagé à sa résidence, rue Saint-Janvier au coin de la 6e avenue. Dans cette tâche de maître de poste, il reçut l'assistance de ses filles Florence, Thérèse et Bernadette. En 1946, le 5 août, le notaire Bourget est victime d'un accident, au passage à niveau à Weedon, alors qu'il se rendait porter les sacs de courrier à la gare. Le notaire Bourget était un vétéran de la rébellion de 1885, dans l'Ouest. Parti avec le 9e bataillon de Québec, commandé par le colonel G. Amyot, il joint plus tard la 7e compagnie, composée d'universitaires de Québec et commandée par le capitaine Pineault. Il fit toute la campagne. Source: Société d'Histoire de Weedon .
Historique de la conservation/Source immédiate d'acquisition
Une bibliothèque d'Ottawa a reçu ces archives de manière anonyme. Soucieuse qu’elles soient conservées, madame Gina Smith, une bénévole, a offert la donation à BAnQ Sherbrooke .

Portée et contenu
Le fonds porte principalement sur la vie scolaire de tous les membres de la famille Bourget, des études primaires aux études supérieures. Le fonds témoigne des matières apprises dans une petite école de campagne, à Weedon, ainsi que de la vie dans les pensionnats (notamment au Couvent des Ursulines de Stanstead, au Séminaire de Sherbrooke et au Collège de Lévis).

Le fonds contient des certificats d’études ou d’adhésion à des organismes religieux, des carnets de notes manuscrites (cahiers d’école, cahiers de chants, compositions littéraires), ainsi que de la correspondance entre les membres de la famille, alors que certains enfants Bourget sont au pensionnat.

Le fonds contient également un échange épistolaire entre Bernadette Bourget et Omer Dutat, entre 1926 et 1929. Ce dernier, qui deviendra moine bénédictin en France, s’intéresse aux chroniques féminines des revues et journaux québécois : la Revue Moderne dirigée par Madeleine [Huguenin], Le Soleil et sa « Causerie féminine » de Minerva, La Patrie et son «Royaume des femmes » de Louise. En plus d’y participer, en son nom et sous le pseudonyme de Jean des Montagnes, Dutat commente le travail des directrices de ces pages et les propos des autres chroniqueurs (Albert D. [Desterbecq], Chicot, Dixi, Choo-Choo, Bonne Humeur) .

Termes rattachés
Bourget, Joseph-Hubert, notaire, époque 1886-1946

Aide   Panier vide